3. Que m’apportera la franc-maçonnerie ?

La franc-maçonnerie ne vous apportera ni richesse, ni gloire, ni avantages pécuniers de quelque sorte. Nous vous l’avons dit. Alors pour quelles raisons des hommes et des femmes peuvent bien se réunir depuis des siècles ?

               Chacun a sa propre raison pour devenir franc-maçon(ne), mais en voici quelques-unes. Nous sommes certains que vous y trouverez les vôtres.

               Tout d’abord, la fraternité. Vous le découvrirez par vous-même, vous allez rencontrer des inconnu(e)s, de tous âges, de tous milieux sociaux, qui vous considéreront pourtant comme des proches, et ce, sans aucun intérêt. Seule leur suffira la certitude que, comme eux, vous êtes passé entre les mailles de ce que l’on nomme « l’initiation ».

               L’enseignement. Vous apprendrez ainsi de vos semblables et mentors par la pratique des rituels et par la réflexion que vos discussions vous amèneront à avoir.

               La connaissance. Tous ces savoirs se révèleront être des outils pour approcher le monde qui vous entoure de manière différente. Vous pourrez ainsi plus facilement considérer les différents niveaux de réalité de notre vie contemporaine, mais aussi de notre Histoire et de nos mystères.

La réalisation de soi. Devenir franc-maçon(ne) c’est prendre quelqu’un de bon, et le rendre meilleur. En franchissant les différents échelons vous conduisant au poste de Vénérable Maître de votre loge, vous constaterez très probablement, que tout ce qui était bancal dans votre vie s’est effondré, et que tout ce qui était construit sur des bases solides s’est affermi.

La pratique de la bienfaisance.  C’est en tout cas ce que nous espérons pour vous.

Publié par Hervé H.Lecoq

Hervé HOINT-LECOQ est né en 1982 et travaille comme Responsable de Service Clients dans le domaine de la vente en ligne. Membre de l’Académie de Vaucluse, passionné d’Histoire, il a administré et participé à différents sites internet personnels et associatifs. Auteur de différents articles en langue française mais aussi anglaise dans des revues, des magazines ou sur des sites d’information, il est désormais rédacteur d'un journal de bord sur la transmission professionnelle. « Je me cultive en faisant quelques recherches que j’ai le plaisir de partager en les faisant publier. Merci d’ailleurs à tous les lecteurs qui montrent de l’intérêt à mes travaux et qui sont une motivation supplémentaire pour continuer d’avancer »

%d blogueurs aiment cette page :