7. Pourquoi certaines églises n’aiment pas la FM ?

Nous l’avons dit, la franc-maçonnerie accepte tous les hommes et toutes les femmes qu’importe leurs croyances. Ce n’est pas le cas de toutes les instances dirigeantes de cultes.

Ainsi, certains Eglises par exemple ne supportent pas ce qu’elles nomment du « relativisme » ou du « tolérantisme » au niveau religieux. Le relativisme religieux correspond à l’idée que toutes les religions se valent, et qu’aucune ne détient de vérité absolue. Ce qui, vous l’aurez noté, est l’idée principal du respect religieux en franc-maçonnerie.

Pour ces Églises, il s’agit d’une certaine forme de scepticisme ou de subjectivisme qui amène obligatoirement à l’athéisme. Et l’athéisme conduit inexorablement à la damnation de l’âme pour ces religions.

Alors qu’en réalité, en franc-maçonnerie, nous apprenons que douter, c’est aussi se donner la possibilité de raffermir son opinion. Cela s’est déjà produit, et cela se produira encore tant que la franc-maçonnerie existera. Mais ceci explique pourquoi certaines Églises interdisent ou déconseillent la pratique de la franc-maçonnerie. En France, vient aussi le fait de l’Histoire. En effet, dans les années 1730, lorsque la franc-maçonnerie s’est implantée dans le Royaume de France, l’Église catholique faisait partie intégrante du pouvoir royal. Ainsi, lorsque cette société de la franc-maçonnerie, dont les membres cachaient jalousement leur appartenance, commença à recruter d’éminents membres de l’aristocratie, le pouvoir royal, par l’intermédiaire du cardinal de Fleury (Premier ministre de Louis XV) s’inquiéta du danger. En effet, n’oublions pas que les relations entre la France et l’Angleterre n’étaient pas idéales depuis de nombreux siècles, et qu’une association d’hommes anglais se mettant à recruter en leur sein des personnes haut placées au sein de la noblesse française était, pour lui, source de troubles potentiels à l’ordre public.

En cause : le secret, le serment et le tolérantisme, mais ceci, nous l’avons déjà développé.

Publié par Hervé H.Lecoq

Hervé HOINT-LECOQ est né en 1982 et travaille comme Responsable de Service Clients dans le domaine de la vente en ligne. Membre de l’Académie de Vaucluse, passionné d’Histoire, il a administré et participé à différents sites internet personnels et associatifs. Auteur de différents articles en langue française mais aussi anglaise dans des revues, des magazines ou sur des sites d’information, il est désormais rédacteur d'un journal de bord sur la transmission professionnelle. « Je me cultive en faisant quelques recherches que j’ai le plaisir de partager en les faisant publier. Merci d’ailleurs à tous les lecteurs qui montrent de l’intérêt à mes travaux et qui sont une motivation supplémentaire pour continuer d’avancer »

%d blogueurs aiment cette page :